CONTRIBUTIONS DU SECTEUR PRIVÉ AU BIEN-ÊTRE PUBLIC : LE MODÈLE OUGANDAIS DCD  


Ce programme DCD montre comment le secteur privé peut travailler avec le gouvernement sur une initiative de service public qui permet d'assurer et d'améliorer la santé et le bien-être des bénéficiaires de soins. Il s'agit d'une contribution démontrable et mesurable que le secteur privé peut apporter et montre une autre manière dont il peut avoir un impact social positif en plus d'être un fournisseur de services de vente au détail traditionnels.

Date: 
29 septembre 2022
Auteurs): 
Centre de ressources pour l'Afrique
Image

Le secteur privé a souvent du mal à démontrer comment il peut avoir un impact positif à long terme sur le bien-être des communautés ou des sociétés qu'il dessert, au-delà de la fourniture de biens et services « payés » et certainement au-delà des initiatives traditionnelles de responsabilité sociale des entreprises. .

Dans la plupart des sociétés, le secteur privé est le moteur du développement, de l'innovation, de la création d'emplois et de la richesse des citoyens. Le secteur privé le fait en partenariat avec le gouvernement, facilitant ces réalités et créant un environnement propice au succès. En fait, le secteur privé et le gouvernement recherchent une société « saine, riche et productive ». Cette aspiration est exprimée dans de nombreux manifestes gouvernementaux à travers l'Afrique, et de nombreuses agences de développement y sont également alignées.

L'Africa Resource Centre (ARC) aide actuellement le ministère ougandais de la Santé à mettre en place des canaux de distribution différenciés que les patients peuvent utiliser pour accéder à leurs médicaments habituels. Cette initiative implique le secteur privé sous la forme de pharmacies de détail qui sont des points de collecte de médicaments pour les patients référés par le secteur de la santé publique. Ce partenariat est un bon exemple de la façon dont le secteur privé peut travailler avec le gouvernement pour créer un service et contribuer aux soins de santé publics.

En Ouganda, le programme de lutte contre le sida (ACP) du ministère de la Santé a été le moteur de la mise en place de différents modèles de prestation de services cliniques et de traitement aux patients dans les établissements de santé et dans les communautés. Plusieurs modèles de soins et de traitement centrés sur le patient sont appliqués au niveau des établissements de santé pour permettre aux patients stables sous traitement à long terme d'être servis rapidement sans créer de charge de gestion pour l'établissement. De manière significative, cela réduit également les inconvénients et le fardeau financier pour le patient qui récupère son traitement mensuel. De plus, ces solutions visent à réduire la congestion qui accompagne les programmes de diagnostic, de soins et de traitement dans les établissements de santé et qui se traduit par les images que nous voyons souvent dans nos établissements de santé publique de longues files d'attente, de travailleurs de la santé surchargés et de patients mécontents.

Atteindre les communautés

L'ACP a dirigé le développement de modèles de prestation de services différenciés, où les programmes de soins cliniques et de traitement sont étendus à la communauté. L'ACP a ajouté des solutions de distribution par canaux différenciés (DCD) à ces modèles pour fournir des médicaments aux patients stables qui n'ont pas besoin de récupérer leurs médicaments dans les établissements de santé. Comme indiqué ci-dessus, l'idée d'un DCD est de décongestionner un établissement de santé et de fournir un confort aux nombreux patients stables qui n'ont pas besoin de se rendre dans un établissement de santé pour récupérer leurs traitements.

Pour mieux répondre à la question de la commodité, désengorger les établissements de santé et permettre aux bénéficiaires de soins de mener une vie aussi normale que possible, l'ACP a travaillé avec les parties prenantes pour mettre en place un DCD qui s'applique aux pharmacies de ville. Dans ce modèle DCD, les médicaments prescrits à un patient stable sous traitement au long cours peuvent être récupérés auprès d'une officine partenaire qui travaille en étroite collaboration avec l'établissement de santé prenant en charge ce patient. Ce service, couvert par un accord de gestion des patients entre l'établissement de santé gouvernemental et la pharmacie de détail, permet aux patients de retirer régulièrement leurs médicaments dans la pharmacie de détail de leur choix, sans payer pour ce service. A ce stade précoce, le service de la pharmacie de détail est payé par les partenaires au développement qui soutiennent le Ministère de la Santé.

Cette initiative du DCD qui passe par les pharmacies de détail en Ouganda est une réalisation majeure d'un gouvernement. Le ministère ougandais de la Santé a mis en place un transfert sécurisé, organisé et géré des médicaments de santé publique vers les pharmacies de détail, qui sécurise ces médicaments uniquement pour les patients nommés référés par leur établissement de santé de district respectif. Dans ce processus, la pharmacie de détail travaille en étroite collaboration avec l'établissement de santé et peut rendre compte à cet établissement de santé en utilisant des outils TIC développés localement pour le service. Ce système assure la transparence et la visibilité de la chaîne d'approvisionnement et prend en charge la tenue des dossiers et la communication entre la pharmacie de détail et l'établissement de santé.

De l'avis de l'ARC, ce programme DCD démontre comment le secteur privé peut travailler avec le gouvernement sur une initiative de service public qui permet d'assurer et d'améliorer la santé et le bien-être des bénéficiaires de soins. Il s'agit d'une contribution démontrable et mesurable que le secteur privé peut apporter et montre une autre manière dont il peut avoir un impact social positif en plus d'être un fournisseur de services de vente au détail traditionnels. Un bénéficiaire de soins autorisé à poursuivre son traitement grâce à cette initiative est un citoyen en meilleure santé qui peut avoir un équilibre travail/vie normal et contribuer à la société.